La CFDT remet la mairie au milieu du village.

Intervention de la CFDT en séance du CSFPT du 19 juin 2024

La CFDT a souhaité intervenir sur la situation démocratique qui lui semble être extrêmement préoccupante.

Le gouvernement actuel et son président n’ont cessé de détruire la société civile et ses liants que sont les corps intermédiaires. Avant même le premier quinquennat, les ordonnances éponymes, dites « Macron » ont mis à mal le syndicalisme et la représentation des travailleurs : moins de contre-pouvoirs, moins d’écoute des territoires, moins de dialogue social... mais c’est aussi plus de montée de l’extrême droite. Le gouvernement impose avec mépris et rudesse. Il n’écoute ni les représentants des agents, ni ceux des collectivités, il reforme contre l’avis de tous.

À la suite des mouvements des gilets jaunes, une grande concertation voit le jour, les mairies recueillent la parole des citoyens qui veulent s’exprimer et qu’en a-t-on fait ? Les conventions citoyennes qui ont pris des positions fortes en matière d’écologie qu’en a-t-on fait ? La parole des millions de manifestants mobilisés contre la réforme des retraites qu’en a-t-on fait ?

La loi « Guerini » avortée était un bel exemple de décision arbitraire et injuste où il faut casser du fonctionnaire alors même que nos concitoyens veulent plus de services publics. La corrélation entre le manque de services publics et la montée du vote d’extrême droite n’est malheureusement plus à prouver. On éloigne les services publics, on ferme des sous-préfectures, des trésoreries, des bureaux de poste, on développe l’administration numérique, on assèche les finances des collectivités locales... on pense d’en haut, on « simplifie », on s’agite, et au final on fait le lit de l’extrême droite.

La CFDT souhaite se faire le relai des travailleurs du public qui se sentent dévalorisés par la république qu’ils servent. Le sentiment d’abandon est fort, pour l’ensemble des Français, pour les travailleurs qui s’appauvrissent, qui ne sont plus entendus et surtout pour les agents territoriaux qui voient leur pouvoir d’achat baisser tout en se voyant accusés de tous les mots voire tous les maux. Il est si loin le temps où les agents territoriaux étaient à la manœuvre pour distribuer des masques, des vaccins, organiser la solidarité sur les territoires ? Ils coûtent de nouveau trop cher ? Quelle est notre valeur sociale ? A la CFDT, nous pensons que les services publics de proximité garantissent l’égalité des chances pour tous, que les agents territoriaux sont le ciment de cette société qui se fracture. Et pourtant, il faut faciliter leur licenciement, abimer le statut mais pour réduire quelle injustice ? Quel est le projet ? Arrêtons de voir les fonctionnaires comme un coût car nous risquons bientôt d’en payer la facture.

La paupérisation de la Fonction publique territoriale n’est plus supportable. Elle est due en partie à un mouvement de fond, à une sape organisée du statut de la Fonction publique et à une dévalorisation des missions et des métiers des agents territoriaux. On veut bien des fonctionnaires mais on ne veut pas du statut, on précarise les agents en les laissant contractuels. La loi Dussopt a eu l’effet escompté, plus d’un recrutement sur deux est un contractuel et pas en CDI à 3000€ mais plus souvent à temps non complet en CDD. Quelles économies ont été réalisées grâce à cette loi ? Cette politique vis-à-vis de la Fonction publique de proximité et ce détricotement du statut, appauvrissent la présence de services publics et laissent la place aux populismes.

A la CFDT on ne donne pas de leçon, ni de consigne de vote, mais on se doit de dénoncer les casseurs de la Fonction publique territoriale de tous bords, les fossoyeurs de la démocratie sociale et d’informer sur le danger que représente le programme des partis d’extrême droite pour les travailleurs.

Alors chacun de notre place, nous pouvons défendre la démocratie, le droit de vote, la liberté d’expression, le droit des femmes, le droit des minorités, le droit syndical et les expressions de la société civile, l’interdiction de l’arbitraire, la résistance à l’oppression, l’égalité devant la loi et la justice, la fraternité, la solidarité, l’émancipation de tous et toutes, mais surtout défendons la république et ses agents, un service public local de qualité au service et à l’écoute de toutes et tous.

Même en cherchant, bien on ne retrouve pas toutes ces valeurs dans les partis d’extrême droite.

Mentions légales | Contact | RSS 2.0 | connexion

cfdt-interco91.fr