Refuser la banalisation de la violence

« Refuser la banalisation de la violence comme répertoire d’action politique ou syndicale, ce n’est pas réac »
Après la violation des locaux de la CFDT, la responsable syndicale Catherine Nave-Bekhti analyse, dans une tribune au « Monde », la portée symbolique de cet acte et rappelle que démocratie sociale et violence ne font pas bon ménage.

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/01/22/refuser-la-banalisation-de-la-violence-comme-repertoire-d-action-politique-ou-syndicale-ce-n-est-pas-reac_6026841_3232.html

Le 17 janvier 2020, une nouvelle fois, les locaux de la confédération CFDT ont été l’objet de violences. Ecrire cette phrase, à froid, prendre la mesure de chacun des mots, réaliser que si la façade n’est pas défigurée comme ce fut le cas nuitamment par le passé, l’action a visé directement des personnes. J’écris d’abord « des personnes » car il y a une gradation dans la violence.

A lire aussi

Pacte du pouvoir de vivre
Intitulé 66 propositions « pour donner à chacun le pouvoir ...
Laurent Berger était au congrès interco 91
A coups de rabot, les gouvernements successifs ont ...

Adhérer
Mentions légales | Contact | RSS 2.0 | connexion

cfdt-interco91.fr