Black Thursday au rayon petite enfance !

Les établissements d’accueil du jeune enfant sont appelés à se mobiliser le jeudi 3 décembre 2020

Tout juste votée, la loi d’Accélération et de simplification de l’action publique (ASAP), ne répond pas aux conditions d’accueil du jeune enfant et de travail. Au contraire, elle pourrait les intensifier, que ce soit en accueil collectif ou en accueil individuel. Les décisions à venir, en référence à la loi ASAP dans son article 36, autorisent le gouvernement à procéder par ordonnance dans les douze mois.
Déjà, des groupements d’employeurs se félicitent des « assouplissements », synonymes de plus gros profits.
Rien ne semble pouvoir améliorer les missions d’éveil, de coordination professionnelle et de communication avec les parents. Pourtant mises en avant dans le rapport des mille premiers jours, ce texte de loi n’en conserve que quelques lambeaux.
Ces premiers éléments nous amènent à rappeler les points de vigilance d’Interco :
- Taux d’encadrement revus à la hausse, un adulte pour cinq enfants en EAJE, amenant les professionnelꞏles à mieux articuler leurs missions d’éveil, d’observation, de soutien à la parentalité, entre autres,
- Reconnaissance des temps de réunions, documentation, rencontres avec les parents et partenaires,
- Ratio personnels diplôméꞏes maintenu et reconnaissance au niveau BAC pour les auxiliaires de puériculture (ouvrant l’accès à la catégorie B dans la fonction publique),
- Reconnaissance du rôle des assistantes maternelles, avec des contrats de travail unifiés et un véritable déroulement de carrière,
- Respect des « dix grands principes pour grandir », énoncés par la Charte nationale pour l’accueil de la petite enfance.
Malgré les engagements du ministère des Solidarités et de la Santé, Interco CFDT n’a toujours pas obtenu les informations demandées, ni ne connaît les intentions gouvernementales concernant les conditions d’accueil dans les établissements du jeune enfant.

Nos revendications pour un accueil de qualité pour l’enfant et ses parents ne semblent pas avoir été entendues. C’est pourquoi la fédération Interco appelle les personnels des fonctions publiques d’État et territoriale, notamment les travailleurs sociaux et les salariéꞏes de la petite enfance, à des actions de mobilisation, dont la grève.
Le collectif « pas de bébés à la consigne » propose une initiative d’un genre nouveau. Interco CFDT appelle les professionnelꞏles à se mobiliser différemment dans l’objectif de bloquer la boîte courriel du secrétariat d’État à la Famille.
Le 3 décembre 2020 sera le jour de notre première cyber-manifestation.

A lire aussi

Pas de bébés à la consigne !!!
Tirons les leçons de la crise sanitaire dans les modes ...
la France championne d’Europe des... suicides
Suicides en entreprise : la France en retard en matière ...

Adhérer
Mentions légales | Contact | RSS 2.0 | connexion

cfdt-interco91.fr